Retour
Actualité

Atelier Verde Styliste inspirée

  • Partagez  'Atelier Verde Styliste inspirée' sur Facebook
  • Partagez 'Atelier Verde Styliste inspirée' sur Twitter
  • Partagez 'Atelier Verde Styliste inspirée' sur LinkedIn
  • Imprimer 'Atelier Verde Styliste inspirée' en format PDF

Une chambre à air comme « souffle » d'inspiration et comme signature. L'Atelier Verde revendique une vision singulière de la maroquinerie et son engagement en faveur de la consommation durable. Une touche d'originalité sur une gamme très qualitative, imaginée et conçue par Pauline Côme, originaire de La Chapelle-Rainsouin.

Qu'est-ce que l'Atelier Verde ? Et pourquoi « Verde » ?

Son lancement remonte à octobre 2020. L'Atelier Verde coordonne aujourd'hui trois compétences : la création d'articles de maroquinerie (sacs et pochettes), leur production en circuit court par deux artisans et leur commercialisation. Nos bureaux pour le stylisme et la commercialisation sont situés à Vaiges. Je m'occupe personnellement de la partie stylisme et mon associé, Clément Leboulanger, originaire de Vaiges, gère la commercialisation. Nous avons accueilli en septembre une première collaboratrice en alternance. Enfin, nos artisans partenaires sont implantés à Saint-Berthevin et à Nantes.

Le terme « verde », traduction de « vert » dans plusieurs langues latines (espagnol, italien, portugais...), a été choisi pour sa connotation écoresponsable. Il met en valeur notre ambition et notre vision. Nous prenons le contre-pied de la surconsommation par le réemploi de matières, le choix de la qualité pour plus de durabilité. Enfin, nous produisons à la demande pour éviter les stocks, misons sur la personnalisation du produit et sa traçabilité, grâce à l'attribution d'un numéro de série lié à la certification Ethereum.

D'où êtes-vous partie ?

Les prémices de l'Atelier Verde remontent à mon cursus en arts appliqués. Nous devions travailler sur le recyclage d'une matière. J'ai déambulé dans l'atelier de mon père, agriculteur associé à Saint- Cénéré. J'ai commencé par tricoter de la ficelle de balles de paille. Puis mon regard s'est posé sur de vieilles chambres à air. Je les ai travaillées et gravées. Puis j'ai découvert le potentiel de leur alliance avec le cuir. J'ai gardé ce concept dans un coin de ma tête. Après mon BTS design de mode à Cholet, j'ai validé une licence marketing, avant d'être embauchée comme styliste assistante chez Bonobo à Saint-Malo. C'est là que j'ai rencontré Clément, qui m'a aidé dans mon cheminement entrepreneurial et avec lequel j'ai lancé cette marque.

Type éditorial