Retour
D'ici et d'ailleurs
08/06/2022

L'atelier Bercail sur les rails !

  • Partagez  'L'atelier Bercail sur les rails !' sur Facebook
  • Partagez 'L'atelier Bercail sur les rails !' sur Twitter
  • Partagez 'L'atelier Bercail sur les rails !' sur LinkedIn

Lancé en septembre 2021 à Coudray par trois associés, l'atelier Bercail veut promouvoir, concevoir et produire des habitats légers, sains et écologiques. Portée par une tendance qui se confirme, la jeune pousse sud-mayennaise assemble ses premiers modèles de tiny houses* mobiles ou fixes et de conteneurs aménagés.

Une architecte d'intérieur, Laura Ravier, et deux menuisiers- charpentiers auto- didactes que la passion a poussés à se reconvertir... L'agencement des talents est la première force de l'atelier Bercail. La Providence a su les réunir, pour lancer cette aventure passionnante ; les confinements liés à la crise du Covid auront eu quelques retombées positives ! Alors que Laura Ravier partage avec son conjoint, Adrien Soulier un projet lié à l'habitat écologique, ce dernier rencontre un autre régisseur passionné par le travail du bois dans le cadre de son travail au théâtre de Sablé-sur-Sarthe, Ferdinand Dewatine, qui rénove des maisons à ses heures perdues. Le trio se met ainsi en place et travaille à la création de l'atelier Bercail. 

« Notre credo commun, c'est l'habitat léger et réversible, sans béton, sain et écologique, où la surface n'est pas le critère majeur et le confort n'est pas sacrifié sur l'autel de la sobriété », explique Laura Ravier. « C'est une activité professionnelle engagée, renchérit Ferdinand Dewatine. Pour une maison classique, il faut 50 à 90 tonnes de matériaux. Nous nous limitons à 3,5 tonnes, en optimisant tous les aspects, sans préjudice pour le confort ». L'engagement réclame la cohérence. Laura et Adrien ont donc emménagé à Fromentières, dans la première tiny house sortie de l'atelier. « Nous sommes ainsi mieux placés pour aménager au mieux l'espace et constater l'efficacité des matériaux choisis », souligne Adrien Soulier. Ossature en épicéa - isolation des murs et du toit en coton, lin et chanvre - isolation du sol en laine de mouton - bardage en peuplier français - agencement en pin maritime des landes... Tout est choisi pour limiter le poids en assurant l'esthétique et le confort. « Ces matériaux biosourcés ne sont pas les plus abordables, reconnaissent les associés, mais nous tenons à la cohérence globale de notre démarche ». Le mode de vie éthique lié aux habitats légers séduit de plus en plus. La réglementation reste souple et le marché murit, également encouragé par la rentabilité à la location. Les banques et les assurances ont identifié le dispositif, qui peut ainsi être plus simple à financer. Pour l'heure, l'équipe de l'atelier Bercail compte cinq commandes de tiny houses à honorer. 

 

En savoir plus

Type éditorial