Retour
Actualité

Les Emergences : CYGNUS

  • Suivez nous sur Facebook
  • Suivez nous sur Twitter
  • Partagez

Créé en 2003 et porté par un collectif de 13 structures culturelles du département, ce dispositif bisannuel permet de repérer les groupes et musiciens émergents résidant en Mayenne, dans le domaine des musiques actuelles (rock, métal, électro, jazz…). Chaque année les finalistes bénéficient d’un accompagnement dans leurs premières scènes, et peuvent mieux se faire connaître des professionnels et programmateurs. Pour l’édition 2019, le jury a sélectionné quatre groupes : Cygnus, Maine!, Tristan Faulkner et Whisper Night. La finale se déroulera le 16 mars prochain aux Ondines à Changé.

CYGNUS

Le nom est une référence à la constellation et aussi à un morceau de Cult of Luna, qu’il adore. Sous ‘Cygnus’, Maximilien Gabillard, 27 ans, a déjà sorti un EP en août 2018 intitulé « Coma » composé de cinq titres originaux. Le style est plutôt dark/post rock, avec des influences comme Chelsea Wolfe ou Emma Ruth Rundle. Une atmosphère éthérée aux résonnances lourdes, parfois mélancoliques. Le jeune Lavallois joue de la guitare depuis l’âge de 15 ans et chante depuis 5 ans. Mais il n’a jamais envisagé de faire une carrière solo : « J’avais envie de faire de la scène et de m’’entourer d’autres musiciens. Alors j’ai mis une annonce sur internet » raconte-t-il. C’est ainsi qu’il rencontre Sven Demoy (guitare), Margaux Aimable (batterie) et Clovis Divay (basse). Cygnus devient un groupe à part entière et se fait remarquer, puis sélectionné pour les Emergences 2019. « Lorsque nous avons joué devant le jury et le public le 16 février, c’était notre premier concert ! C’était un peu stressant mais ça s’est bien passé » raconte le leader. « Nous avons interprété les cinq morceaux de l’EP, puis deux reprises. Mais nous ne pensions pas être retenus pour la finale, ça a été une belle surprise ». Cygnus fait donc partie des quatre finalistes qui se produiront le 16 mars prochain à Changé. Le groupe s’y prépare et répète tous les jours, ajoutant des nappes de synthétiseur sur certains morceaux, travaillant le jeu scénique, la voix.  Et même s’il ne gagne pas, il est déjà dans le circuit… « Les Emergences permettent de se faire connaître, de bénéficier d’un accompagnement professionnel, de faire des concerts…C’est déjà super. C’est sûr, nous allons nous perfectionner ».

Type éditorial