Retour
Actualité

Reflets du cinéma scandinave : 5 pays, 53 films… une âme à découvrir

  • Suivez nous sur Facebook
  • Suivez nous sur Twitter
  • Suivez nous sur LinkedIn
  • Imprimer (PDF)

11 journées, 53 films à l'affiche et de nombreux rendez-vous ! Du 8 au 19 mars, le Festival Reflets du cinéma aborde les rivages scandinaves. L'organisateur, Atmosphères 53, ne cache pas son ambition de « rompre avec les a priori », pour offrir un reflet plus complet et fidèle à la culture et à l'âme scandinave. C'est « un feu sous la glace », nous promet-on !

« A travers des styles très différents (drame, comédie, action, animation, documentaire…), le cinéma scandinave explore de manière singulière des thématiques ancrées dans sa culture : la nature, la place de la religion, les relations homme/femme ».

Des films jamais projetés en France

Après l'Inde en 2018, le festival Reflets du cinéma revient donc en Europe. Le cinéma scandinave, à défaut d'être un des plus diffusés en France, pourra faire la preuve 11 jours durant de sa grande richesse. De nombreux cinéastes d'abord avec, dans le sillage des grands (Bergman, Bo Widerberg), de jeunes réalisateurs (Ali Abbasi, Gustav Möller, Joachim Trier) et des acteurs de talents. « Tous les films programmés sont le fruit d'une sélection parfois frustrante, tant la production scandinave est dense, explique Yannick Lemarié, président d'Atmosphères 53. Nous avons recherché un équilibre des styles et des époques, mais aussi favorisé la découverte d'œuvres jamais projetées en France. » C'est le cas de Siblings are Forever, de Frode Fimland ou de Staying alive de Charlotte Blom. Les films d'ouverture (The Idealist de Christina Rosendahl) et de clôture (Garden Lane d'Olof Spaak) sont également inédits en France.

Un programme pour tout le territoire

Toutes les salles de cinéma mayennaises participent. « C'est une singularité de ce festival, à laquelle nous tenons beaucoup, qui en fait un événement départemental », insiste Yannick Lemarié. « En relation étroite avec nous, chaque salle a fait sa programmation, en fonction des caractéristiques de son public : Laval, Mayenne, Saint-Pierre-des-Nids, Gorron, Ernée, Le Bourgneuf-la-Forêt, Montsûrs-Saint-Céneré, Evron, Château-Gontier, Renazé.

Tous les âges sont visés, à travers des styles et thématiques variés. « Côté scolaire, la jauge est déjà record, avec près de 20 000 inscriptions à cette heure », se félicite Yannick Lemarié.

Beaucoup d'autres événements en perspective !

L'agenda du festival complète ces nombreuses projections par d'autres rendez-vous. « Il s'agit, pour le public, d'approfondir l'approche cinématographique de la culture scandinave à travers des conférences, des expositions et des rencontres », annonce Yannick Lemarié. Quelques dates se détachent parmi une multitude de propositions : une conférence sur le polar suédois à Mayenne (14 mars) et deux autres, à Laval, sur l'égalité des sexes en Suède (10 mars) et sur la musique métal (13 mars). L'image sera également mise à l'honneur, avec une exposition de photos et deux vernissages de dessinatrices suédoises (Laval). La présence de plusieurs artistes doit en effet être soulignée, en particulier celle du réalisateur Erik Poppe (Utoya), à Mayenne, Laval et Château-Gontier, pour une rencontre avec le public.

Dès maintenant, gagnez vos places pour assister aux Reflets du Cinéma !

Type éditorial