Retour
Actualité

Transition écologique : la Mayenne relève le défi !

  • Partagez  'Transition écologique : la Mayenne relève le défi !' sur Facebook
  • Partagez 'Transition écologique : la Mayenne relève le défi !' sur Twitter
  • Partagez 'Transition écologique : la Mayenne relève le défi !' sur LinkedIn
  • Imprimer 'Transition écologique : la Mayenne relève le défi !' en format PDF

À l’heure du changement climatique et des défis environnementaux, le Département s’investit, au quotidien, afin d’offrir aux Mayennais un territoire attractif, responsable et solidaire : préservation du bocage, maintien de la biodiversité, sauvegarde des espaces naturels, valorisation des déchets, lutte contre la précarité énergétique, etc. Pour la collectivité, la transition écologique est bel et bien engagée. Et les exemples ne manquent pas.

Le bocage géré durablement

Pour préserver et valoriser ce paysage remarquable, le Département accompagne les agriculteurs dans la réalisation d’un plan de gestion durable des haies. Impliquée dans ce dispositif, la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Mayenne Bois Énergie, installée à Parigné-sur-Braye, transforme les troncs et les branches en plaquettes pour chaufferies à bois déchiqueté. Une matière qu’elle collecte localement auprès des agriculteurs.

« On ne vend pas seulement de l’énergie. On participe aussi, et surtout, à la gestion durable de la haie et par conséquent au maintien de ses bienfaits environnementaux ! », confirme Emmanuel Lelièvre, président de la SCIC. Partenaire privilégiée du Département, l’entreprise fait le lien entre les agriculteurs – qui fournissent le bois – et ses clients, qui disposent de chaudières conçues pour ce combustible. Inscrit dans une démarche éco-responsable, Emmanuel Lelièvre défend les vertus du circuit court. Et veille à rémunérer ses fournisseurs au juste prix. « La création de cette filière est récente », rappelle-t-il. « En 2008, pour notre première année d’activité, nous avions collecté environ 500 tonnes de bois. » Aujourd’hui, la SCIC en récolte 7 000, auprès d’environ 140 agriculteurs, et alimente 38 chaufferies en Mayenne. « Nos clients sont, en grande majorité, des collectivités », précise Emmanuel Lelièvre. Parmi eux, le Conseil départemental, puisque les collèges de Gorron, Port-Brillet et Ernée sont équipés de chaufferies à bois. « Le Département développe ce type d’installation dans les établissements scolaires à chaque fois que c’est possible », souligne le responsable de la coopérative. Enfin, la SCIC a participé à l’élaboration d’un label national « Bois bocager géré durablement », dont le lancement officiel a eu lieu le 4 octobre au ministère de la Transition Écologique et solidaire. Début 2020, les premières plaquettes, estampillées de ce label, destiné à garantir l’origine et la bonne gestion de la haie, seront mises en circulation en Mayenne.

Des pneus pour du ciment

Encore présents dans les fermes, les pneus peuvent représenter un risque sanitaire pour les animaux en cas d’ingestion. Précédemment utilisés par les agriculteurs pour maintenir les bâches des silos de fourrage, les pneus usagés font l’objet d’une action de récupération et de traitement, engagée par le Département depuis trois ans. La démarche, menée conjointement avec la chambre d’agriculture, permet de valoriser ces déchets qui ne s’inscrivent dans aucune filière classique de recyclage. 

Acheminés jusqu’à la cimenterie Lafarge, à Saint-Pierre-la-Cour, les vieux pneus y sont broyés, puis utilisés comme combustible dans la fabrication du ciment. Grâce à un montage financier associant le Département, les intercommunalités et les agriculteurs, le coût de l’opération a été réduit pour les principaux intéressés. Et ça marche ! Depuis 2016, environ 650 000 pneus de voitures et 13 000 pneus de tracteurs (soit près de 6 500 tonnes) ont quitté la campagne mayennaise pour être transformés en énergie. Un nouveau marché vient d’être lancé. Objectif affiché : éliminer et traiter 4 000 tonnes de pneus supplémentaires d’ici trois ans.

Un trésor de biodiversité

La préservation des milieux naturels constitue aussi un axe important pour le Conseil départemental. Pas moins de 58 sites ont été labellisés « Espaces naturels sensibles ». Le site dénommé « Prairie et boisement humides des Bizeuls », à Ernée, en fait partie. Pour la ville, ce label, qui s’ajoute à celui de « Réserve naturelle régionale », constitue un véritable atout. La commune va 
pouvoir bénéficier d’un appui financier pour y mener des actions de valorisation. « Des animations vont être proposées, notamment auprès des 
scolaires », se réjouit Michèle Lemercier, adjointe au maire chargée de l’environnement. « Le Département va également nous aider à poursuivre l’inventaire de la faune et de la flore, engagé depuis plusieurs années. » Convaincue de l’intérêt 
patrimonial du lieu, Michèle Lemercier souhaite que cette tourbière ne soit pas uniquement un lieu de promenade, mais qu’elle permette aussi à chacun d’apprendre à regarder et à écouter. « C’est un exemple unique de biodiversité, un véritable trésor ! »

Champions des économies d’énergie

Roshan et Hiroshi Alvitigala ont le sourire. Locataires d’un petit pavillon à Louverné, le couple et ses deux filles de 9 et 12 ans, sont devenus experts en économies d’énergie. D’abord hébergée dans un logement ancien, la famille avait du mal à faire face aux charges de chauffage. Grâce à l’équipe de lutte contre la précarité énergétique du Conseil départemental, le ménage a acquis des gestes tout simples, qui leur ont permis de réduire considérablement ses dépenses d’eau et d’électricité. L’an dernier, la famille a emménagé dans une maison plus récente – donc moins énergivore –, mais reste toutefois très vigilante. « Nous avons pris l’habitude de ne pas trop chauffer, de débrancher les appareils électriques quand on ne les utilise pas, de limiter le temps passé sous la douche. » 

« En nous rendant au domicile des familles, nous pouvons dresser un état des lieux, établir un diagnostic, conseiller des éco-gestes et installer des petits matériels qui permettent de réduire les consommations. L’économie moyenne par ménage accompagné est de 400 €/an », précise la conseillère en énergie qui les a accompagnés. L’équipe de lutte contre la précarité énergétique, qui intervient dans le cadre du Fonds de solidarité pour le logement (FSL), a été renforcée avec l’arrivée de cinq nouveaux techniciens. D’ici fin 2020, 4 000 ménages auront bénéficié de leurs conseils. 

Dans la palette des actions engagées par le Département, le thème des mobilités n’a évidemment pas été oublié. Comme en témoigne le prix qui vient de lui être décerné par France Mobilités pour le déploiement d’un dispositif solidaire visant à faciliter les déplacements des personnes en insertion. Le Département est également exemplaire dans ses déplacements avec l’acquisition de véhicules et de vélos électriques et avec le développement du télétravail. Quant à l'énergie solaire, le Département favorise son déploiement avec l'installation de panneaux photovoltaïques sur les toits des collèges publics. En Mayenne, la transition écologique n’est pas un vain mot !

Type éditorial