Retour
Sport

Manuèla Montebrun : ses grands moments de sportive de haut niveau

  • Suivez nous sur Facebook
  • Suivez nous sur Twitter
  • Suivez nous sur LinkedIn
  • Imprimer (PDF)

C’est la sportive mayennaise des années 2000. La lanceuse de marteau du Stade Lavallois a participé aux Jeux Olympiques de Sydney, Athènes et Pékin, où elle a obtenu la médaille de bronze. Elle a longtemps été recordwoman de France du marteau avec un jet à 74,66 m. Aujourd’hui, elle retrace ses grands moments de sportive de haut niveau.

Ses premiers pas dans le sport

Pour moi, le sport a commencé par le football à l'US Bais. Je devais être en CE2. Je jouais dans une équipe mixte. J'y ai joué jusqu'en 3e et j'ai dû ensuite arrêter car la mixité n'était plus autorisée après cet âge-là. Mais cela est bien tombé car la même année, on m'a repérée lors d'une compétition UNSS avec le collège Jean-Louis Bernard de Bais et j'ai commencé l'athlétisme.

Son meilleur souvenir sportif en Mayenne

Je n'ai pas vraiment de meilleur souvenir, mais je me souviens de ma première compétition sous les couleurs du Stade Lavallois en 1994. On m'a demandé si je voulais essayer le marteau : je ne savais même pas ce qu'était un marteau et c'est la première fois que j'en voyais un. Yves Mathieu, l'entraîneur du stade m'a expliqué avant le début de la compétition comment il fallait le lancer : j'ai d'abord lancé sans tourner et il a ensuite essayé de me faire tourner. Mais vu ce que je faisais, il m'a dit de lancer sans tourner et lors de la compétition, j'ai battu le record régional. Il faut dire que le marteau féminin en était à ses débuts et qu'il n'y avait donc pas de record encore réellement établi.

Ses joies sportives les plus intenses

Je dirais dans un premier temps ma première médaille internationale chez les seniors, c'est-à-dire ma médaille de bronze aux championnats d'Europe à Munich en 2002. En plus, je l'ai obtenu dans un pays où les gens apprécient les lancers, ce qui lui donne une saveur particulière.
Je retiendrais également ma médaille de bronze aux championnats du monde de Paris en 2003. La compétition a été compliquée, mais je m'en suis sortie avec une médaille devant ma famille et de nombreuses personnes qui avaient fait le déplacement de la Mayenne.

Ses souvenirs marquants dans sa carrière

En plus des joies précédemment cités, je garde en mémoire d'autres souvenirs.

Mon premier souvenir est ma première participation aux JO en 2000 à Sydney. Même si sportivement les Jeux se sont mal passés pour moi, cela reste un souvenir inoubliable et plus particulièrement la cérémonie d'ouverture avec l'entrée dans le stade où les émotions sont très grandes.

Mon pire souvenir reste bien entendu les JO d'Athènes en 2004. Après une année difficile, je suis passée complètement à côté.
Je garde également de bons souvenirs de la coupe d'Europe 2003, où je bats le record de France et où je réalise la meilleure performance féminine de la compétition.

Sa vision du sport de haut niveau

Le sport de haut-niveau est la recherche de l'excellence. Il nécessite du sérieux, de la rigueur et de l'abnégation. Mais il doit avant tout rester un plaisir, un épanouissement personnel.

Type éditorial