Retour
Actualité

David Michael Clarke, un autre regard qu’on M

  • Partagez  'David Michael Clarke, un autre regard qu’on M' sur Facebook
  • Partagez 'David Michael Clarke, un autre regard qu’on M' sur Twitter
  • Partagez 'David Michael Clarke, un autre regard qu’on M' sur LinkedIn
  • Imprimer 'David Michael Clarke, un autre regard qu’on M' en format PDF

L’artiste David Michael Clarke expose en ce moment à l’Espace M, à Paris. Cet artiste est bien connu en Mayenne. Château-Gontier sur Mayenne, Pontmain, Mayenne, il a déjà exposé localement ses œuvres qui nous invitent à un autre regard sur notre territoire.

David Michael Clarke est arrivé en France en 1999. Aussitôt, il rencontrait l’artiste Anabelle Hulaut et ensemble le jeune couple commençait de faire régulièrement le trajet entre Nantes et Château-Gontier pour voir les expositions proposées par Le Carré à la Chapelle du Genêteil. Suite à sa nomination comme professeur à l’École supérieure des Beaux-Arts du Mans (aujourd’hui ESAD-TALM), Hulaut et Clarke décidaient de s’installer en Mayenne et d’établir à Château-Gontier leur « camp de base » pour démarrer de nouvelles aventures artistiques.

En 2011, Annaïk Besnier invitait Clarke à participer à l’exposition collective, « Ecoutez Voir » au Centre d’art contemporain de Pontmain. Cette exposition se voulait comme une rencontre entre musique et art contemporain. Les oeuvres, sculptures, vidéos et créations sonores s’interrogeaient sur la culture musicale, à la fois art et industrie, mode et identité culturelle. Clarke présentait la restitution de « Post Gods » un projet qu’il a démarré en 2006. L’artiste souhaitait créer un groupe de la même manière qu’on peut créer une sculpture conceptuelle, un challenge à la fois intellectuel, physique et psychologique. Un concert « unplugged » a eu lieu au centre d’art lors du vernissage.En 2017, Mathias Courtet proposait une résidence au sein de l’école d’arts plastiques dans la ville de Mayenne. Clarke réalisait un objet, mi-sculpture, mi-design. La résidence démarrait avec une visite de la Villa Savoye, chef d’oeuvre de Le Corbusier. Inspiré par le « Solarium » qui se trouve sur le toit-terrasse, Clarke commençait à concevoir un projet pour abriter les créations d’un groupe de jeune retraités qui se réunissait à l’école. L’oeuvre a été par la suite installée dans la médiathèque Grand Nord, avant de continuer ses voyages à Vitré et puis au Mans.

Parallèlement à sa pratique artistique, Clarke fait régulièrement des interventions pédagogiques en milieu scolaire. A Château-Gontier il a mené des ateliers dans les deux collèges, Jean Rostand et Paul-Émile Victor.

En 2015, sur l’invitation de Bertrand Godot, Hulaut et Clarke réalisaient un véritable festival d’art contemporain pour les quatre lieux culturels de la ville de Château-Gontier. Au Musée d’Art et d’Histoire, Hulaut et Clarke proposaient l’exposition collective « Hôtel Particulier ». Les pièces choisies dialoguaient avec les oeuvres de la collection permanente du musée, qui est lui-même un véritable cabinet de curiosités. A la Médiathèque, Hulaut & Clarke présentaient « Vides-Poches » une exposition sous vitre qui mettaient la lumière sur l’édition, le multiple et le livre d’artiste. La salle Gothique se transformait en « Gothic Cinéma ». Hulaut et Clarke profitait de ce lieu pour présenter des films et vidéos réalisés par une trentaine d’artistes, historiques et contemporains. A la Chapelle du Genêteil, Hulaut et Clarke présentaient leur première grande exposition ensemble. Questionnant le regard, l’espace et le sens, les deux artistes réalisaient une installation monumentale. Le public était invité à découvrir l’extérieur à l’intérieur, faire une flânerie dans un jardin insolite et mystérieux, entre chien et loup.

En 2017, Mathias Courtet proposait une résidence au sein de l’école d’arts plastiques dans la ville de Mayenne. Clarke réalisait un objet, mi-sculpture, mi-design. La résidence démarrait avec une visite de la Villa Savoye, chef d’oeuvre de Le Corbusier. Inspiré par le « Solarium » qui se trouve sur le toit-terrasse, Clarke commençait à concevoir un projet pour abriter les créations d’un groupe de jeune retraités qui se réunissait à l’école. L’oeuvre a été par la suite installée dans la médiathèque Grand Nord, avant de continuer ses voyages à Vitré et puis au Mans.

Parallèlement à sa pratique artistique, Clarke fait régulièrement des interventions pédagogiques en milieu scolaire. A Château-Gontier il a mené des ateliers dans les deux collèges, Jean Rostand et Paul-Émile Victor.

Type éditorial